En 2006 je fus invité par l’association la Llave afin d’aider des orphelins en Colombie.

À l’époque, les populations de villageois subissaient d’atroces exactions des FARC et des groupements paramilitaires d’extrême-droite.

Les membres de la Llave sollicitaient la créativité et l’expression des enfants grâce à des ateliers artistiques.

Ils m’adressaient ceux qui paraissaient en grande souffrance, pathologies chroniques et/ou de problèmes importants de comportement.

Étant le seul « médical » sur place, je me devais de les prendre en charge complètement.

Cette efficacité face à des cas extrêmes et liés la plupart du temps à des environnements nocifs ou/et à des chocs émotionnels, je la trouvais grâce à mon outil biodynamique.

Il me fallait l’adapter à ces situations particulières et extrêmes, être créatif.

Je devais avoir une compassion formidable dans chacun des traitements, les comprendre au plus près, presque comme si j'étais à la fois leur père et leur mère.

 

Une fois mes mains synchronisées avec eux, je laissais le système nerveux transmuter (se relâcher profondément jusqu’à avoir l’impression que sa texture passe du dense au fluide, du compact au léger, du solide au gel, d’un fort champ électromagnétique à un champ apaisé).

Dans notre jargon, nous appelons cela le NEUTRE.

Plus j’obtenais un Neutre profond et installé, plus l’émergence de la Santé était puissante et durable.

Une fois au Neutre, je demandais à certains de mes petits patients de revivre par la pensée l’événement que nous avions convenu être à l’origine du problème.

Les résultats furent formidables d’efficacité.

Des problèmes de psoriasis, d’eczéma purulents, d’anorexie, de comportements violents et beaucoup d’autres symptômes disparurent quasiment dans la foulée.

Cela m’ouvrit des portes incroyables de compréhension.

 

Dès lors, ma quête fut de chercher à savoir comment cela pouvait fonctionner et quelles médecines ou pratiques allaient dans ce sens.

J’explorais quasiment tous les types de soins mais je n’en trouvais aucun qui ne me satisfasse réellement.

Aucune autre médecine n’était capable à la fois de soigner et en même temps d’assister au spectacle de la guérison à travers ses propres mains.

La biodynamique a cette faculté incroyable et délicieuse de pouvoir discriminer les différentes étapes de l’évolution de la santé dans les tissus et à l’endroit précis où vous vous positionnez pour l’observer.

Vous avez donc l’énorme avantage grâce à un protocole sensoriel précis et reconnu de savoir où vous en êtes de l’évolution des forces de santé et de leur impaction dans les tissus.

Il vous suffit simplement d’être dans un état méditatif nommé attention dédoublée et singulier à cette pratique pour que les forces de vie biodynamiques puissent augmenter leur potentiel inhérent.

 

L’expérience colombienne me démontrait que l’ostéopathie biodynamique pouvait être aussi une médecine de choix qui permet d’aborder des pathologies ou des névroses comportementales liées à des environnements extérieurs, des chocs émotionnels et des pensées discursives.

 

Quelques années plus tard, je découvrais les médecines des plantes amérindiennes, puis plus tard, le chamanisme au tambour de Mongolie.

La transgression de l’espace-temps et l’accès aux différents inconscients permettaient grâce à une intention guidée d’obtenir des nettoyages psychologiques et énergétiques, des compréhensions, des guérisons souvent.

L’accès à une forme presque physique de spiritualité et l’abandon de son égo me paraissaient être la clé.

Dans ces sessions, mon interprétation était que notre monde Newtonien, rationnel, conditionné se mettait à l’arrière plan pour que puisse émerger le monde de l’invisible, c’est à dire principalement le monde vibratoire des champs d’information.

Ceux-ci n’ont pas de limite de temps et d’espace et sont disponibles grâce à une intention bien choisie.

 

J’étudiais donc la physique quantique, en tout cas à un niveau suffisant pour me rendre compte que tout est information, des ondes radios, à la pensée et jusqu’à la moindre particule subatomique de n’importe quelle cellule de votre corps.

Tout est « évanescent » et tout est lié.

Il n’y a pas une seule onde ou particule d’information qui ne soit perdue.

Cela donne presque le vertige de savoir à quel point nous baignons dans des champs d’informations qui s’enrichissent d’événement en événement et qui peuvent s’imprimer en vous sous forme d’émotion.

Ici, les limites du temps et de l’espace ne signifient rien.

Pour des besoins de fonctionnalité pratiques nous nous sommes conditionnés à un espace-temps donné mais celui-ci se dissout complètement dans le monde chamanique et quantique.

Il suffit de poser une intention précise et le mixeur quantique fera le reste. Il vous cuisinera le plat que vous avez désiré.

En physique quantique on pourrait dire que votre intention aura de grandes chances de faire effondrer le potentiel de la valeur d’onde voulue.

 

Afin de tomber sur le meilleur repas possible, il est nécessaire d’avoir un bon cuisinier, un bon gardien et un bon guide.

Le chaman remplit ces trois rôles à la fois.

 

Connaissant l’outil biodynamique, il me semblait évident que des passerelles existaient entre ces médecines dites « du monde » et mes pratiques.

Il fallait trouver la grille de correspondance la plus juste et s’adapter.

 

Ces médecines anciennes, primitives sont nées des interactions entre l’homme et la nature.

La survie, la santé, la vie de tous les jours dépendaient de l’harmonie que l’homme et la femme pouvaient avoir avec cette grande dame et avec les forces du cosmos.

Il fallait pouvoir l’interpréter, comprendre et utiliser ses forces et son lien avec l’univers pour pouvoir chasser, cueillir, puis cultiver, anticiper pour survivre et se protéger.

Les forces climatiques de la nature, les éléments, le minéral, le végétal, l'animal et l'humain étaient les seuls environnements biodynamiques de l’homme.

 

L’harmonie avec cet environnement était le garant de la survie, de la santé et peut-être du bonheur.

Le chaman était le guide, celui ou celle qui avait la connaissance et qui pouvait interpréter les signes.

Il avait un pied à la fois dans le monde des hommes et dans « l’autre monde ». 

Il pouvait guider au mieux pour conserver l’harmonie entre l’homme et l’univers.

Impossible de ne pas être spirituel quand on comprend ce lien avec la nature et l’univers.

 

Le lien devenait évident...

 

Par sa pratique et l’essence de ce qu’il est au moment du traitement, le praticien biodynamique EST le nouvel environnement du patient.

Il remplit à la fois le rôle de la plante en se synchronisant avec les champs électromagnétiques d’informations du patient et de guide par sa connaissance du besoin du patient.

Un être humain parfaitement préparé ne pourrait-il pas être l’organisme le plus justement vibrant pour un autre être humain ?

La possibilité de répéter les séances sans aucune toxicité et de réajuster son positionnement biodynamique en fonction des résultats et de l’évolution du besoin du patient n’est-il pas d’une justesse et d’une douceur absolue ?

 

Progressivement, j’adaptais l’outil biodynamique aux grands principes chamaniques (nettoyage, intentions précises et positives, façonnage de l’environnement le plus propice à l’émergence de la clarté et de la guérison, utilisation du rituel et du symbolisme pour tenter d’évacuer le non-résolu et faire de la place pour que la santé puisse circuler à nouveau).

 

J’ai la chance à Paris d’avoir une patientèle très propice à l’expérimentation de ces traitements.

Je pense qu’au moins 90% de mes « malades » ont soit un problème directement lié à un environnement nocif ou à un choc émotionnel voire trans-générationnel, soit une incapacité de guérison liée à l’impaction vibratoire empêchant la santé d’œuvrer.

 

Plusieurs milliers de traitements m’ont permis de comprendre, d’expérimenter de façon originale et de guérir nombre de pathologies que je ne pensais pas abordables.

À partir de ces expériences cliniques et des traitements, des principes et des protocoles qui en découlent, j’ai créé un cours.

Celui-ci s’appuie pour la théorie sur des bases des neurosciences, d’une physique quantique qui aborde le lien entre la pensée et le corps, l’épigénetisme, l’embryologie; pour la partie pratique sur mes expériences cliniques de plus de 20 ans de recherches.

 

Depuis 2013, je forme des praticiens à cette approche originale en France, en Amérique du Sud, en Russie et prochainement en Afrique.

J’ai également créé à la demande de nombreuses personnes un cours simplifié qui permet à des non professionnels de découvrir par le toucher et de comprendre ce qu’est la santé. 

De la sentir « en vrai ! » et de comprendre son lien avec l’environnement.